La plupart d’entre vous connaissez déjà cette maladie et peut être avez vous même une personne de votre entourage qui est concernée par ce cas d’affection.

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique, autrement dit une maladie du cerveau, appelée aussi mal comitial par les spécialistes.
Cette affection prends forme sous crises cérébrales avec ou sans convulsions.
On la retrouve sous plusieurs variantes, il en existe plus précisément 4 principales, avec des troubles allant du plus bénin au plus grave.

  • L’épilepsie spontanée bénigne
  • L’épilepsie pharmacosensible
  • L’épilepsie pharmacodépendante
  • L’épilepsie pharmacorésistante

traitements contre l'épilepsiePour chaque variante il nécessite d’avoir un traitement approprié car ces variantes ne se traitent pas de la même manière, n’ont pas la même pathologie et n’ont pas les conséquences similaires.

L’épilepsie spontanée bénigne, désignée aussi paroxysme rolandique d’ou le terme d’épilepsie rolandique par les médecins, est la forme d’épilepsie la plus courante mais aussi la plus bénigne. Cette forme d’épilepsie n’est pas irréversible car elle se traite par le biais de médicaments antiépileptiques et réagit d’ailleurs bien au traitement car la majorité des patients n’auront plus de crises grâce aux médicaments et dès lors le traitement terminé dans 75 % des cas les crises ne se répéteront plus.

L’épilepsie pharmacosensible se traite également sous médicaments antiépileptiques, réponds également plutôt bien au traitement mais l’arrêt de médication n’est pas systématique et la thérapie peut se révéler permanente au cours de la vie du patient. Tant que la maladie est prise en charge, elle ne représente pas un réel danger pour le patient.

L’épilepsie pharmacodépendante se traite mais en aucun cas le patient ne pourra cesser son traitement car il se verrait en proie à de nouvelles crises. On commence à rentrer dans le type d’épilepsie engendrant l’inconvénient des médicaments à vie.

L’épilepsie pharmacorésistante, comme son nom l’indique cette maladie résiste à la médication et en fait une variante d’épilepsie alarmante provoquant des cas de troubles sévères. Sur le plan social du patient la maladie prédispose à un handicap conséquent et prédominant. C’est la pathologie neurologique la plus maline et la plus traître au sein de ces différentes formes d’épilepsies.

Les médicaments ciblés pour traiter cette maladie forment le traitement de base de la maladie épileptique. La médication consiste à stabiliser les crises, diminuer l’intensité et la gravité. Tous n’ont pas le même mode d’action selon le type d’épilepsie. En cas d’échec de médication il sera mis en place d’autres types de traitements pour les patients tel que la chirurgie ou encore l’électrostimulation.

Il est impératif d’avoir une vie adéquate à ce type de maladie, on préconise bien évidemment la prise régulière et quotidienne de son traitement, un temps de sommeil suffisant, s’imposer un rythme de vie pérein, éviter les boissons alcoolisés, nicotine et limiter le temps d’heure devant la télévision, les consoles de jeux vidéo, ainsi que les sports dits violents.

On ne guérit pas automatiquement de cette maladie mais grâce aux progrès des scientifiques on a pu relever le défi de la maîtriser.